Sélectionner une page

Après les néobanques, les investisseurs s’enthousiasment pour l’« assurtech »

Nov 23, 2021 | Actualité, Vues du secteur

La néoassurance française Leocare annonce, mardi 23 novembre, une levée de 110 millions de dollars.

Après les solutions de paiement, les sociétés de crowdfunding, les néobanques, les start-up du monde de l’assurance éveillent l’intérêt des investisseurs. Ces derniers misent de plus en plus gros sur le marché français. En avril, l’assureur-santé numérique Alan levait 185 millions d’euros et rejoignait le club des licornes tricolores, ces jeunes sociétés valorisées à plus de 1 milliard d’euros. Un mois plus tard, la fintech française Shift Technology, spécialisée dans la détection des fraudes à l’assurance par une l’intelligence artificielle, bouclait une levée de fonds de 220 millions de dollars, créant une nouvelle licorne.

Mardi 23 novembre, la néoassurance Leocare (habitation, auto, moto, smartphone) annonce une levée de 110 millions de dollars (97,7 millions d’euros), menée notamment par le fonds américain Eight Roads. Au total, le secteur français de l’« assurtech » aura ainsi levé près de 700 millions d’euros depuis le début de l’année, selon le décompte de l’association France Fintech. Une augmentation spectaculaire comparée aux quelque 174 millions d’euros levés en 2020. « Les investisseurs sont intéressés par la France, qui est un puits de compétence en maths et en algorithmes. Le Brexit joue aussi en notre faveur », fait valoir Alain Clot, le président de France Fintech.

Que proposent ces start-up pour récolter de tels financements ? Avec leurs offres entièrement numériques, des tarifs compétitifs (inférieurs de 25 % en moyenne, affirme Leocare), une promesse de gestion rapide des sinistres et des services au goût du jour, elles parviennent à vendre leur regard neuf sur ce métier un brin austère.

[…]