Sous l’idée du “nouveau consommateur”, les nouvelles galaxies divergentes

Oct 14, 2020 | Actualité, Tribunes

Le “nouveau consommateur”, qui serait arrivé pendant la pandémie et du confinement, est à la fois digitalisé, recentré sur les valeurs éthiques et planétaires, sur le respect de l’environnement et la proximité.

Les faits seraient établis.

Le “nouveau consommateur” serait arrivé, dans les circonstances tragiques de la pandémie et du confinement. 

Un “nouveau consommateur” né en 2020 que l’on dira très digitalisé, recentré sur les valeurs éthiques et planétaires, sur le respect de l’environnement et la proximité. A tout prendre, un “nouveau consommateur” qui serait surtout l’accélération de celui que nous connaissions “avant”, ou tout au moins dont le profil s’affirmait progressivement avant la pandémie.

Et dans le même temps, par les vertus de la digitalisation et de la différenciation individuelle, un “nouveau consommateur” toujours plus différent de son voisin, aspirant à des offres et des “expériences” toujours plus singulières, cultivant son irréductibilité.

En réalité, notre conviction est qu’il se noue actuellement des mutations essentielles entre ces deux registres : entre les tendances globalisantes et les individualisations irréductibles, de fortes recompositions ont actuellement lieu. 

La France, hier clivée en une trentaine de tribus de plus en plus distinctes et concurrentes les unes par rapport aux autres, est aujourd’hui traversée par des courants inédits. Ce qui prévaut désormais est en réalité une reconfiguration complète des galaxies de consommateurs, ouvrant la voie à de nouvelles stratégies d’offres et d’innovations, à de nouveaux déploiements business, à de nouvelles démarches de communication, à de nouvelles “relations clients”.

Un monde est en train de naître, et pas nécessairement celui que l’on imaginait naguère : sous l’idée du “nouveau consommateur” s’épanouissent, dans le silence, de nouvelles galaxies divergentes.

SOURCE > Journal Du Net