La baisse observée en matière de financement doit être analysée en prenant en compte les mesures prises par les entrepreneurs qui ont conduit à un moindre besoin de fonds propres. Ces actions ont permis d’allonger la durée de couverture des besoins de trésorerie.

Les fintech ont par ailleurs recouru plus significativement à la dette, dont l’offre pour les start-up est désormais plus large. Au total, malgré cette forte contraction des levées, l’écosystème a, dans l’ensemble, tenu bon.

Au regard de l’environnement très difficile, celui-ci a en effet enregistré peu de défaillances et d’arrêts d’activité. Il est vrai que les fusions et acquisitions ont offert aux acteurs en tension une option d’adossement et aux leaders une opportunité de consolidation à prix raisonnable.

Mais surtout les fondamentaux demeurent bons : la numérisation des services financiers se poursuit et la demande d’offres innovantes est forte. Les chiffres d’affaires continuent de progresser et la monétisation s’accélère. Ceci explique que les recrutements semblent repartir à la hausse au dernier trimestre.

 

[…]

Après la chute des financements en 2023, les fintechs contraintes de s’adapter

Déc 13, 2023 | Parutions

Toute l’actualité de la fintech française!

Une fois par semaine, recevez un condensé des dernières nouvelles de l’écosystème.

Vous vous êtes enregistré avec succès!