Cas d’usage Salesforce, partenaire de France FinTech

Nov 12, 2020 | Actualité, Autres

Yomoni optimise l’asset management en l’automatisant… à bon escient !

Né en 2015, Yomoni fait figure de leader dans le nouveau monde des robo-advisors. Sa plateforme de gestion digitale de placements financiers propose de l’assurance vie, un PEA, un compte-titres et même bientôt un plan d’épargne retraite. Le secret de la maison ? Une personnalisation bien ciblée de la relation client soutenue par un savant dosage d’automatisation digitale et de conseils humains. 

La solidité d’un modèle de start-up se mesure, entre autres, à sa capacité à assurer une qualité de service identique pour 1 ou 10 000 clients. La « scalabilité » conjuguée à une relation client de qualité. Si un certain nombre de modèles ont du mal à délivrer la même expérience sous la pression d’une trop forte croissance, les mieux préparés réussissent quant à eux l’épreuve du passage à l’échelle sans douleur. Jugez plutôt : zéro client fin 2015, plus de 21 000 à la mi-2020 avec une croissance supérieure à 35 % sur l’année et une satisfaction client au beau fixe : Yomoni encaisse la montée en puissance sans trembler. « Nous avons 250 millions d’euros d’épargne sous mandat actuellement et nous visons le milliard en 2022 », déclare Sébastien d’Ornano, président exécutif de Yomoni.

Des produits 100% online et 100% automatisés

Pépite de la FinTech, Yomoni est une société de gestion d’épargne sous mandat 100% online qui propose aux particuliers des offres de produits financiers variés (PEA, assurance vie, compte-titres…) avec des coûts de gestion parmi les plus bas du marché. Éléments différenciants : une transparence totale sur les frais et sur les rendements réels des différents produits, des offres de placements clairement détaillées par niveau de risque et de rendements, et, une personnalisation très fine des conseils. 

Le parcours de souscription se déroule entièrement sur le site de Yomoni avec 23 questions très précises qui permettent de déterminer le profil du futur client, d’estimer son appétence pour le risque, de comprendre ses objectifs d’épargne et de lui proposer les meilleures options de placements selon ses critères individuels. Un processus entièrement automatisé dans Salesforce qui analyse les réponses aux questions et établit des recommandations cohérentes avec les besoins de chaque client. « Nous avons choisi cette plateforme dès le départ », souligne Clément Berlioz, Chief Commercial Officer de Yomoni. « Nous avions conscience de la nécessité d’une solution robuste et évolutive, capable de gérer des volumes importants. Salesforce a aussi cette capacité, assez rare, de pouvoir s’adapter aux procédures réglementaires spécifiques au monde de la gestion de patrimoine. »

Le bon équilibre entre digital et humain

Dès le début de l’aventure Yomoni, le CRM a été au cœur de tous les processus : « la logique CRM et la plateforme qui la sous-tend sont présentes à chaque étape du parcours client », comme le rappelle Clément. Les informations financières de chaque client, les performances, chaque interaction (chat, email, téléphone, navigation sur le site…) sont centralisées dans la base de données et surveillées en permanence. « Les signaux forts et faibles issus de cette base sont captés automatiquement et génèrent un certain nombre d’alertes qui nous permettent de lancer des actions vers le client : envoi d’informations ciblées sur un sujet qui le concerne, appel téléphonique si une situation de stress potentiel est détectée par exemple. Notre objectif est d’apporter le bon conseil au bon moment sur le bon canal. » 

Si l’automatisation est au centre des processus, Yomoni connaît l’importance de la relation humaine pour le maintien d’une haute qualité de la relation client. Connectée à « l’ossature » Salesforce, une équipe de conseillers, experts et tous spécialistes de l’épargne, prennent le relai quand la situation l’exige. Avec une réactivité exemplaire : « En 2020, nous avons répondu à une question chat en moins de 20 secondes et à un mail en moins de 5 heures », confie Sébastien.

La data, moteur de l’accélération future de Yomoni

En septembre 2020, Yomoni a bouclé une troisième levée de fonds de 8,7 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques afin de soutenir l’accélération et atteindre l’objectif du milliard d’euros de fonds gérés en 2022. Avec des axes de développement bien identifiés : enrichir la plateforme avec plus de services aux clients tout en conservant le bon équilibre entre simplicité et richesse de l’offre, recruter de nouveaux conseillers, poursuivre l’automatisation des processus – notamment les campagnes marketing – et répondre à l’enjeu de la data. « Nos bases contiennent cinq ans d’interactions et d’informations sur la gestion financière de nos clients. L’objectif est de tirer de toutes ces datas un maximum de valeur ajoutée pour nos clients. Cela va nécessiter des outils capables d’analyser ces infos, de les traiter pour les restituer de multiples manières : notifications mobiles, emails, alertes aux conseillers pour rappeler un client… Nous n’avons encore fait qu’une petite partie du chemin », conclut Clément Berlioz. 

Aujourd’hui, tous les signaux sont au vert pour que Yomoni conserve son leadership au sein de la famille des robo-advisors. La société peut désormais envisager de déployer sa stratégie à grande échelle et de rivaliser avec les banques en ligne qu’elle talonne déjà.

Chiffres clés

  • 21 000 clients au deuxième trimestre 2020
  • + 40% de clients de la fin 2019 à la mi-2020, malgré la crise de la Covid-19 
  • 250 millions d’euros d’encours sous gestion
  • + 35% sur les encours géré sur le premier semestre 2020