Sélectionner une page

FINTECH R:EVOLUTION : FASTER, STRONGER, BETTER

Oct 20, 2021 | Actualité, Parutions

En plein pendant la French Fintech Week, qui se tenait à Paris du 8 au 15 octobre, France Fintech a réuni ce jeudi 14 octobre les entrepreneurs de la fintech française sur le Toit de la Grande Arche à la Défense. Cette année, le thème tenait en trois mots : “Faster, Stronger, Better”. Le changement de dimension de l’événement, qui a migré de Station F à la Défense, illustrait à merveille le dynamisme de la fintech en France et à l’international. Retour sur quelques-uns des moments marquants de cette édition.

A peine arrivé sur l’Esplanade de la Défense, on ne peut s’empêcher de lever les yeux vers la Grande Arche. Après une ascension express, qui n’est pas sans rappeler l’accélération des montants levés par les startups françaises ces dernières années, on atterrit sur le toit du bâtiment. La salle bouillonne déjà, la fine fleur de la fintech s’active à l’intérieur. Certains networkent, d’autres rejoignent au pas de course une conférence qui vient de commencer, pendant que les derniers tendent une oreille vers l’espace qui voit se succéder les pitchs d’entrepreneurs.

Le hasard et la géographie du lieu font que l’on se retrouve d’emblée dans la salle Talents & Management, qui abrite des conférences animées par l’entrepreneur et podcasteur Matthieu Stefani. On y parle de recette pour créer sa fintech avec le fondateur de Swan, Nicolas Benady, et la co-fondatrice d’Anaxago, Caroline Lamaud Dupont, ou encore de la figure médiatique de l’entrepreneur. Comment faire entendre sa voix dans une presse avide de succès, prompte à transformer les CEO en gourous, sans perdre de vue ses objectifs business ? Trois entrepreneurs médiatiques, à la tête de fintechs qui le sont tout autant (IbanFirst, Shine et Seyna), sont venus partager leur expérience au micro de celui qui leur donne régulièrement la parole, dans son podcast “Generation Do It Yourself”.

Après avoir décortiqué le facteur humain commun à toutes ces aventures entrepreneuriales, il est temps d’aborder le sujet clé que constituent les financements. C’est sur la scène Economie & Société que vont débattre, pendant près d’une heure, deux des VC les plus actifs en France, l’un des entrepreneurs les mieux financés, et la CEO de la Bourse de Paris. Interrogé par Solenne Niedercorn-Desouches sur ce qui caractérise l’escalade des financements dans la fintech, David Thevenon, General Partner du fonds londonien Balderton Capital, remarque trois aspects : la hausse des montants levés par les startups dans le monde et en Europe en particulier, le nombre de plus en plus important de mégalevées (supérieures à 250 millions d’euros), et une provenance des fonds en pleine évolution. Alors qu’ils provenaient essentiellement d’Europe auparavant, les fonds levés par les fintechs viennent aujourd’hui d’Asie et des Etats-Unis. David Thevenon prend ainsi l’exemple de hedge funds américains tels que Tiger Global ou Coatue Management, qui, plus habitués à opérer sur les marchés publics, observent aujourd’hui avec attention les retours intéressants sur les marchés privés. Lorsqu’ils investissent dans des startups européennes, ils déploient très rapidement des montants importants, et ont l’avantage de ne pas être très actifs au board de ces startups. “Ces fonds recherchent du ROI et un accès à de l’information privilégiée afin de faire plus d’argent sur les marchés publics“, avance le General Partner de Balderton.

[…]

#113

#113

Vous n’avez pu vous joindre à nous ? 🧐